Les vélos
Les accessoires
L'atelier
Contact



Actualités : salons, expos, vie du magasin...
Est-ce qu'il arrive au mécano de prendre l'air hors de son atelier ? Quoi de neuf ?





News du 26 octobre 2020 : vous reprendrez bien une nouvelle tuile sur le coin de la g..... ?

Un malheur n'arrive jamais seul ? Accident du travail 8 jours après l'alerte corona-scolaire, un VAE décide de se venger et m'inflige une entorse à la main.
Prix à payer : 3 à 6 semaines d'immobilisation à partir du 10 octobre.

      

Evidemment, on ne peut pas faire grand chose dans cet état, notamment les manipulations qui nécessitent la force et la précision qui sont l'apanage de la main droite et que la main gauche ne compense que très partiellement et de façon très malhabile. Les travaux qui nécessitent les deux mains... bye bye. Les travaux sur les lourdes assistances électriques... ciao. Les travaux sur les pièces fragiles et délicates... Auf Wiedersehen. La rapidité... adieu. Ne subsistent que les gestes maladroits de la main gauche, les chutes d'outils, les ratages, la lenteur improductive...
Pas la place pour cela dans notre belle société si performante. Entre la gestion calamiteuse du coronavirus et le saut sans parachute d'un travailleur indépendant... va falloir prier assez fort Sainte-Bicyclette pour qu'elle nous entende.

Ô rage ! Ô désespoir ! Ô blessure féroce !
N'ai-je donc tant travaillé que pour cette brutale entorse ?
Et ne suis-je blanchi dans les travaux vélocipédiques
Que pour voir en un jour flétrir tant de mécanique ?




News du 17 septembre 2020 : Stop'n Go coronavirus - Le gouvernement continue d'enfoncer les parents actifs...

Le bazar socio-économique consécutif à la gestion du coronavirus par notre gouvernement n'est pas fini.

Un élève de la classe d'un de mes enfants a été testé positif à la Covid-19 ; en conséquence, tous les élèves de la classe sont confinés pour une semaine.

Les conséquences pour Cyclociel et moi je les connais bien vu que j'ai eu l'occasion de les expérimenter ce printemps. Une réduction de mon temps de travail, car bien entendu il y a plus de logistique familiale avec plus de cuisine, plus de vaisselle, plus d'accompagnement du travail scolaire.
Et ceci peut se reproduire pour 44 autres élèves de la classe. Plus la petite trentaine d'élèves de la classe de n°2.

Le temps de travail qui sera perdu lors de chacune de ces perturbations ne pourra jamais être rattrapé. Je risque donc de serrer un peu plus la ceinture et de refuser un peu plus fermement certains travaux que j'évalue trop chronophages en fonction de la situation, ou d'avoir plus de retard sur des travaux en cours car bien évidemment ce genre de tuile peut me tomber sur la g..... à n'importe quel moment.

Pour les réclamations et plaintes, ce ne sera donc pas moi qu'il faudra enquiquiner, mais plutôt l'Agence Régionale de Santé qui est le bras armé du gouvernement et qui oblige à respecter le protocole, par l'intermédiaire de la représentation locale de l'Education Nationale.



Affaire suivie par : Cellule Contact Tracing du Rhône et de la Métropole de Lyon ars-dt69-contact-tracing(arobas)ars.sante.fr

Affaire suivie par : Dr POLLET- Dr LEROUX Médecins conseillers techniques S. PITIOT DSDEN du Rhône – Promotion de la santé en faveur des élèves ce.ia69-medecinct(arobase)ac-lyon.fr 04 72 80 69 72

Docteur Julien Berra - Médecin de veille sanitaire de la délégation départementale du Rhône - Métropole de Lyon
DSDEN du Rhône - Direction des Services Départementaux de l'Education Nationale - Rhône
21 rue Jaboulay, 69309 Lyon Cedex 07 - 04 72 80 67 67

Agence Régionale de Santé Auvergne-Rhône-Alpes - 241 rue Garibaldi, 69003 Lyon - 04 72 34 74 00



Doit-on le rappeler une fois encore ? Les enfants sont très peu malades et très peu vecteurs de l'épidémie Les enfants s'infectent rarement
Christèle Gras-Leguen, secrétaire générale de la Société française de pédiatrie et cheffe du service des urgences pédiatriques du CHU de Nantes, interviewée le 2 septembre :
"un enfant positif ne justifie pas une fermeture de classe, un second non plus".
C'est pourtant la décision prise par l'ARS Auvergne-Rhône-Alpes : pour un seul enfant testé positif et absolument pas malade, toute la classe est confinée...

Merci l'ARS ! Après les manifs de médecins et professionnels de santé sous les fenêtres de l'ARS depuis un an pour les raisons que l'on connaît depuis longtemps, et ensuite en juillet sur le thème "Y a-t-il une erreur que n'avez-vous pas commise ? Vous êtes responsables de la mort de 20 000 personnes en France. Nous demandons au directeur de l'ARS de sortir et de venir s'expliquer.", le 241 rue Garibaldi sera-t-il cerné par des manifs de parents écoeurés qu'on les empêche de travailler pour rien ?




News du 24 juin 2020 : Eola et retour progressif aux horaires habituels

L'Eola, montage non prioritaire, avance doucement dans l'assemblage.

Nous allons faire un petit zoom sur la roue arrière : même l'Eola entrée de gamme est passé en axe traversant 12 mm. L'axe traversant ne se visse pas dans le cadre, mais dans un taraudage de la patte de dérailleur, elle-même tenue au cadre dans son logement par un gros écrou qui a de plus la fonction cache-poussière. Le filetage de l'axe traversant est au standard Shimano.

Côté gauche, l'entrée de l'axe traversant :



Côté patte de dérailleur : on voit l'extrémité de l'axe traversant émerger par la patte de dérailleur qui passe elle-même par le perçage du cadre. L'écrou cache-poussière par-dessus vient terminer le montage de façon sûre avec une bonne finition.

      

Le cadre est maintenant à l'état de châssis roulant :

      

Le samedi, le magasin retrouve son horaire ordinaire entre 10h et 18h, le vendredi reste sur rendez-vous.
Les masques ne sont maintenant plus obligatoires, j'ai un certain écoeurement de cette masque-arade...




News du 13 juin 2020 : Le retour de Catrike chez Cyclociel

Catrike avait décliné sur le marché français depuis l'arrivée massive de modèles de trikes pliants par les fabricants européens. Le dernière modèle d'exposition, un Catrike Trail pliant, avait ainsi été vendu en décembre 2018.

Mais Catrike manquait à la collection ; ces trikes légers sont uniques dans leur conception et leur spécificité est très appréciable. C'est pourquoi je me suis décidée à faire revenir Catrike malgré la faible demande. Catrike revient ainsi par la petite porte avec le modèle d'entrée de gamme Eola, dont la transmission est bien différente des autres modèles : au lieu du triple plateau avec cassette 10 vitesses, c'est une transmission monoplateau à 11 vitesses avec plateau de 42 dents et cassette 11-42, conférant à l'Eola un développement allant de 1m60 à 6m10. Un bon compromis pour la balade et le vélotaf avec une bonne vélocité : pour rouler à 29 km/h, il faut pédaler à 80 tours / minute. Le plus petit braquet permet de passer les côtes tranquillement sans gros chargement.

     

Naturellement, le montage de ce modèle d'exposition passe après le montage des vélos commandés par les clients.




News du 7 juin 2020 : On taille dans le gras : exit les colis de pièces détachées pour quelques temps

La situation étant ce qu'elle est, et n'étant pas près de changer, il a fallu prendre une décision drastique : éliminer pour un temps un service particulièrement chronophage, la vente de pièces détachées à distance par expédition de colis. Les commandes déjà passées seront bien évidemment expédiées, mais aucune nouvelle commande ne fera l'objet d'un colis au moins pendant tout le mois de juin, le temps de faire les montages de tous les vélos commandés.



C'est un service dont le temps passé à emballer et expédier les colis ne peut être, ni facturé, ni rentabilisé par économie d'échelle. Il est bien évident que c'est un service qu'il est indispensable de fournir étant donné le très faible nombre de revendeurs vélo couché et l'éloignement de la plupart des vélocouchistes, mais les difficultés de la situation rendent nécessaire une suspension temporaire du service.
C'est la première fois en 12 ans, mais il faut tailler dans le gras. On remerciera le ministre de l'Education Nationale pour les directives sanitaires à contretemps qui continuent d'être appliquées aux enfants en bonne santé.




News du 27 mai 2020 : Le gouvernement cherche à enfoncer les parents actifs ?

L'évolution des connaissances scientifiques est pourtant claire : si en mars, on croyait que les enfants étaient des porteurs sains du coronavirus, il est maintenant admis que les enfants ne sont quasiment, ni contaminés, ni contaminants, ils ne sont pas vecteurs de l'épidémie ; deux sources documentaires à ce sujet :

Contagiosité des enfants par un journaliste scientifique sur France Culture

20 présidents de sociétés savantes de pédiatrie ont même signé un article commun dans le Quotidien du Médecin :
Les enfants ne sont pas le vecteur principal de l'épidémie

Il apparaît donc clairement qu'il n'est pas nécessaire d'appliquer aux enfants la même rigueur de gestes barrière qu'aux adultes, le discours des pédiatres est sans ambiguïté :
- "Ces mesures barrières reposent pour les enfants essentiellement sur le lavage des mains à l’eau et au savon. Le port d’un masque dans les crèches, les écoles maternelles et primaires pour les enfants n’est ni nécessaire, ni souhaitable, ni raisonnable."
- "Les mesures de distanciation excessive (comme la suppression des espaces de jeux, l’interdiction aux enfants de jouer entre eux, ou le refus de consoler un enfant) sont inutiles voire préjudiciables."

La limitation du nombre d'élèves à 15 par classe pour des raisons de distance de sécurité sanitaire, qui a pour conséquence une présence des enfants à l'école à mi-temps seulement, est par conséquent hors de propos, et pourtant, c'est le règlement !

La réalité n'est pas très drôle mais elle est crue : étant donné que le gouvernement continue dans ses mauvaises décisions, nous en subissons tous les conséquences. Ainsi, je vais devoir continuer les efforts tout en recevant de façon inopinée les quelques "répliques sismiques du Covid-19 version longue", mon conjoint va devoir faire des concessions, les enfants vont devoir faire des efforts, et les clients aussi. Il ne s'agit pas de comprendre, mais de regarder la réalité en face. Une travailleuse indépendante affublée de jeunes enfants non autonomes, et dont le conjoint nourrit la famille, est dans la pire situation possible.



Alors pour les enfants des travailleurs qu'on enjoint de travailler, elles ont prévu quoi nos zélées Zélites, des chenils dédiés ??? Une fois de plus, l'activité des femmes aux faibles revenus est pénalisée. Décourager les femmes travailleuses pauvres de travailler, c'est ainsi qu'on pense amortir la vague de chômage qui va déferler dans les prochains mois ?
Pour l'activité du coup de pouce vélo dans le cadre du déconfinement cyclable, doit-on faire travailler les enfants pour assurer un service ?
Le gouvernement nous demande de travailler mais nous prive des conditions de le faire ! Tous les artisans et vendeurs de vélos couchés ne sont pas des hommes avec bobonne à la maison pour faire le frichti, la vaisselle, torcher les mômes, et faire en plus la secrétaire administrative, le tout gratuitement bien sûr. Les working poors l'ont vraiment très mauvaise. Ca commence à bien faire cette affaire...




News du 19 mai 2020 : Valse de trikes en période de déconfinement

Plusieurs trikes ont stagné dans le magasin pendant le confinement et la maladie. Ils sont peu à peu libérés pour laisser la place aux prochains essais de vélos.
      

L'un des derniers cartons HP Velotechnik d'un mètre cube est utilisé pour expédier un trike non plié.




News du 16 mai 2020 : Nouveau fonctionnement du magasin consécutives aux décisions gouvernementales liées à la crise sanitaire

La situation a basculé pour moi et donc pour Cyclociel le 14 avril, mais c'est au déconfinement que les difficultés sérieuses commencent. J'en suis à 5 semaines après les premiers symptômes et le rétablissement n'est pas complet même si le travail est possible à dose... définie par le feed-back du corps, afin de ne pas risquer un accident de vélo dans la circulation pour les transports nécessaires.

La situation d'accueil des enfants dans les écoles est déterminée par le gouvernement. Le nombre d'élèves est en effet limité à 15 par classe, et le gouvernement a défini une liste de professions dont les enfants sont prioritaires pour une présence à plein temps à l'école :
- professionnels travaillant dans les établissements de santé et établissements médico-sociaux pour personnes âgées ou handicapées
- professionnels de santé et médico-sociaux de ville
- personnels chargés de la gestion de l’épidémie des agences régionales de santé (ARS), des préfectures et ceux affectés à l’équipe nationale de gestion de la crise
- personnels des services en charge de la protection de l'enfance
- personnels participant aux forces de sécurité intérieure (gendarmes, personnels de la police nationale, sapeurs-pompiers professionnels, personnels des préfectures indispensables à la gestion de la crise sanitaire)




Non, les magasins de vélos ne sont pas des professions prioritaires !

Tant que ces mesures gouvernementales seront en vigueur, Cyclociel devra fonctionner de façon différente, et devra trancher dans le vif des activités chronophages habituellement prises en charge. Le temps passé au téléphone devra être optimisé et, oui, cela pourra être douloureux parfois. Nous sommes tous amenés à faire des efforts, c'est un gros changement dans notre société, et ce changement va encore durer encore au moins jusqu'aux vacances scolaires de juillet. Au mois de juillet pendant les vacances scolaires, nous ne savons pas encore quelle organisation sera possible.

Cette situation de niveau de service inférieur du magasin sera évidemment plus ou moins bien acceptée. Cependant le gouvernement ne laisse pas le choix aux parents de jeunes enfants et il faut faire avec les injonctions paradoxales. Retournez au travail, mais on ne prend vos enfants qu'à mi-temps dans les écoles, sans cantine et sans garderie. Le consensus scientifique sur les risques des moins de 15 ans par rapport au fait d'être contaminé ou contaminant, n'est pas non plus totalement clair, ce qui peut expliquer qu'on aboutisse à cette situation ubuesque.

Cyclociel va reprendre les premiers essais de vélos à partir du vendredi 22 mai. Le magasin sera ouvert uniquement sur rendez-vous. Les rendez-vous permettront l'espacement des passages dans le temps, le respect des distances de sécurité sanitaire, et la préservation du temps de travail hors présence des clients. Le port du masque est obligatoire pour entrer dans le magasin.

Sinon, oui, le vélo, c'est chouette, et le vélo couché, c'est encore plus chouette !
Grâce au journaliste Olivier Razemon on savait déjà que le vélo est un outil paré de multiples vertus pour réparer nos sociétés cabossées, on savait déjà également depuis longtemps que c'était une solution contre la sédentarité, le voici maintenant paré de vertus sanitaires contre le Covid-19.






News du 7 mai 2020 : Situation disruptive, imprévisibilité et adaptation ; vous avez dit "comme avant" ?

Depuis le 6 avril, la situation a bien changé. Alors que l'activité du magasin continuait "presque normalement" (avec la très grosse nuance du mi-temps car les écoles sont fermées depuis le 16 mars) malgré des livraisons perturbées et aux délais rallongés, le SARS-CoV-2 s'est invité, d'abord timidement le 12 avril, puis nettement le 14 avril. Depuis le 20 avril, les symptômes m'ont empêchée de travailler plus que quelques heures tous les 2-3 jours.
La politique de santé en France est très claire : personne ne vous soignera à moins que vous n'étouffiez. Sans toux ou fièvre on n'est pas pris au sérieux. J'ai attendu d'avoir des symptômes "valables" (2 heures de vertiges en position assise) pour consulter un médecin.
L'armée des ombres dites asymptomatiques
, assommées de maux de tête, vertiges, courbatures, perturbations digestives, et surtout fatigue, compte bien peu. Le Covid-19 s'est imposé sans demander la permission, c'est un cas de force majeure. Le gouvernement ayant interdit les traitements sauf détresse respiratoire avec hospitalisation, je n'ai pas le choix d'attendre que les effets aient le bon goût de disparaître. Autrement dit, TTD...



La combinaison des écoles fermées et de l'interdiction des traitements a abouti que je n'ai pu travailler sérieusement qu'un mi-temps entre mi-mars et mi-avril.
La crise sanitaire n'est pas terminée. La réouverture des écoles est un euphémisme. Qui est assez naïf pour croire que les parents vont pouvoir retravailler "comme avant" alors que le nombre d'élèves est limité à 15 par classe en primaire, et 10 par classe en maternelle ?



La politique de l'école de mes enfants est claire et logique : seuls les enfants dont les parents exercent des professions telles que soignants ou enseignants sont prioritaires pour une présence à temps plein à l'école. Ce qui ne veut de toute façon pas dire "comme avant", puisque les garderies du matin et du soir sont supprimées pour éviter le brassage des enfants. Il ne s'agit pas de reprise effective de l'école mais de continuité pédagogique. D'autre part, la présence des enfants dont les parents sont ou ont été malades n'est pas prioritaire, pour des raisons évidentes.

      

La nouvelle organisation de l'école répond à deux impératifs qui paraissent parfois être en tension, en tous cas complexes à mettre en œuvre en raison du contexte particulier que nous vivons : d'une part l'application du protocole sanitaire de 50 pages demandé aux établissements scolaires, d'autre part la reprise de l'activité scolaire des élèves pour aider leurs parents à reprendre leurs activités professionnelles. Avec des groupes de 15 élèves au maximum, la majorité des enfants ne seront accueillis qu'à temps partiel, les enseignants devront gérer des élèves en classe et à distance, et par conséquent les parents devront continuer de faire travailler leurs enfants à la maison.

      

La possibilité d'accueillir les élèves à l'école dépend de l'évolution de la situation sanitaire et la situation ne reviendra sans doute pas à la normale avant la rentrée de septembre. C'est pourquoi la charge parentale va continuer d'être plus lourde qu'avant le confinement, avec par exemple plus de repas pris à la maison ou de paniers-repas à préparer, donc plus de tâches ménagères.
La réalité actuelle fait que le gap de situation et de vécu entre les parents de jeunes enfants non autonomes et la population sans enfants à charge s'est accrû pendant le confinement, et ce fossé ne va pas se résorber le 11 mai comme par enchantement.
Si on ajoute les conséquences de cas d'enfant laissés sans soins médicaux ou paramédicaux pendant plus de 2 mois, ceci conduit à,une situation évidemment bien dégradée qui ne va pas revenir à la normale d'un coup de baguette magique.



En fonction de cela, Cyclociel est en réflexion d'adaptations possibles. En parallèle, les préparatifs nécessaires pour la reprise partielle de l'école font aussi partie des mises en place qui conditionnent la possibilité de rouvrir le magasin aux clients. En dehors de ma propre santé et capacité de travail bien entendu plutôt cruciales dans l'affaire...

Nous ne disposons pas, au jour où nous rédigeons ces lignes, de dates ou d'éléments nous permettant de planifier quelque chose de précis.





News du 6 avril 2020 : Physionomie du magasin en transition

Le support mural pour les vélos est maintenant entièrement terminé, et offre pas moins de 8 places pour suspendre des 2-roues.
En attendant l'aménagement du garage, le trike Gekko fx 20 joue au squatteur sur l'un des crochets.
Un suberbe Azub Max gris anthracite fait maintenant partie des modèles d'exposition, même s'il n'est pas encore officiellement mis en service.

     

Le roi VTX enfin à sa juste place, sur un trône surélevé :








News du 4 avril 2020 : Confinement productif

Prendre l'air hors de l'atelier ? Le moins possible, ce n'est pas trop dans l'air du temps, l'air pouvant éventuellement être chargé de SARS-CoV-2.
Au chômage ? Bien au contraire, ce ne sont pas les choses à faire qui manquent !
La dernière couche de peinture de la deuxième partie du support mural à vélos, est maintenant sèche, et le support à vélos a pu être remonté pour suspendre des vélos et ainsi dégager de la place au sol.

Le remontage commence par fixer les supports métalliques au cadre en bois :


Ensuite, on positionne l'ensemble au mur, avant de le maintenir en place avec les vis murales et de poser un premier hauban :
          

Enfin, on revisse la grande planche d'appui des roues, puis le deuxième hauban et les équerres de triangulation au sol :
            




News du 23 mars 2020 : montage et essai du VTX

Un ICE VTX était dans son carton jusqu'à ce que je puisse le déballer pour commencer le montage, ce qui fut le cas il y a quelques jours. Le confinement associé à la fermeture des écoles et de nombreux magasins, décidé par le gouvernement pour lutter contre le coronavirus, à défaut d'autres mesures plus sélectives, modifie le fonctionnement du magasin.
Le magasin est fermé aux client-e-s sauf exception, par exemple pour apporter une roue à rayonner. Les envois de colis sont toujours possibles. L'absence de visite des clients dégage beaucoup de temps pour faire des montages qui d'ordinaire ont du mal à rentrer dans le planning.

C'est donc, de fait, grâce au coronavirus que le VTX a pu être mis en service ; j'aurais préféré que ce soit pour une autre raison...
          

Et voici le VTX prêt à rouler :
     

     







actualités plus récentes actualités plus anciennes (2019)